La menace militaire de Trump en Iran

FRANCES - NOTICIAS Y DOCUMENTOS
Modificar el tamaño de letra:

dron-estadounidense-rq-4-global-hawk-1561054358493Encerclé par les échecs de la politique intérieure et les crises internes de son gouvernement, reflétées par une rotation très élevée des hauts fonctionnaires, avec des contradictions publiques constantes entre Trump et son cabinet, le président yankee a utilisé une politique étrangère spectaculaire pour cacher ses faiblesses. Le cas le plus récent est celui de ses menaces de guerre contre l'Iran, poussées à l'extrême avec l'envoi de bombardiers dont l'action a été annulée au dernier moment, le 20 juin.

En 2018, s'adaptant à la ligne d'Israël et aux secteurs les plus agressifs de la droite américaine, le gouvernement Trump a rompu l'accord nucléaire qu'Obama avait signé avec l'Iran. Dans ce pacte, signé en 2015, les États-Unis avaient levé les sanctions économiques en échange de l'engagement du régime théocratique de ne pas dépasser les quotas d'enrichissement d'uranium convenus pour son programme nucléaire. Le rétablissement des sanctions par Trump a eu un impact sur l'économie iranienne, qui souffrait déjà de l'érosion causée par l'intervention militaire à la Syrie au service de la dictature fasciste d'Assad. En réponse aux sanctions, l'Iran a relancé le processus d'enrichissement de l'uranium et a annoncé qu'il dépasserait en juillet le quota convenu en 2015.

La tension a augmenté avec la réalisation de six attaques contre des pétroliers au cours des six dernières semaines dans le détroit d'Ormuz, l'un des points stratégiques de plus grand intérêt pour l'impérialisme. Avec seulement 33 kilomètres de large à son point le plus étroit, dans ce détroit transite environ un cinquième des exportations mondiales de pétrole, soit quelque 19 millions de barils par jour en provenance d'Arabie saoudite, du Koweït, des Émirats Arabes Unis et d'Iran, ainsi que du gaz liquéfié du Qatar, son principal exportateur mondial. L'Iran nie être responsable de ces attentats.

Dans ce contexte, le 19 juin, l'Iran a abattu un drone espion américain sans pilote. Tout indique que l'appareil survolait les eaux territoriales iraniennes. Les porte-parole impérialistes prétendent que l'action a eu lieu au-dessus des eaux internationales. Trump ordonna un bombardement de représailles et peu après, les bombardiers étant déjà en vol, annula l'attaque. Les représailles se sont limitées à une cyberattaque contre le gouvernement iranien.

Trump a montré en très peu de temps tous leurs visages : d'abord il a dit croire que la démolition du drone n'avait pas été délibérée, puis il a ordonné et annulé l'attaque, puis il a déclaré qu'il avait interrompu l'attaque car il lui semblait disproportionné de savoir qu'elle allait coûter 150 morts. Plus récemment, il a offert à l'Iran la prospérité et l'amitié pour Twitter s'il renonce à son programme nucléaire. Une offre évidente de renégocier un accord. Les gouvernements impérialistes de l'Union Européenne ont ouvertement critiqué le caractère unilatéral de la politique américaine à l'égard de l'Iran, appelant à la négociation.

Le bluff de Trump a montré de grandes différences avec son conseiller en matière de sécurité, Bolton, et le secrétaire d'État, Pompeo, qui se reflètent encore une fois dans les fuites à la presse. Selon des sources gouvernementales, Trump dit qu'il n'est pas en faveur d'une guerre avec l'Iran et se plaint à son entourage proche que ses fonctionnaires veulent le manipuler dans une aventure guerrière. Le magnat, de convictions racistes et impérialistes, est guidé par la devise "America first" (les États-Unis d'abord), arguant que le rôle de la police mondiale est très coûteux. À l'aube d'une période pré-électorale, une invasion ne fait pas partie de leurs plans. Le souvenir de l'Irak, le deuxième Vietnam américain, continue de dissuader l'impérialisme de mener de nouvelles guerres d'agression. Mais elle n'abandonne pas ses menaces permanentes d'agression contre les peuples.

Le régime iranien, pour sa part, tire le meilleur parti de la juste répudiation que les menaces de Trump génèrent dans son pays et dans le monde. Depuis quatre décennies, cette théocratie capitaliste, anti-ouvrière et anti-populaire utilise la prétendue imminence d'une agression militaire américaine pour justifier l'inexistence des libertés démocratiques et la répression contre la résistance à ses politiques d'ajustement. Nous, révolutionnaires, rejetons les menaces militaires et les sanctions économiques de Trump contre l'Iran, tout en étant solidaires des travailleurs et du peuple iraniens qui souffrent sous les bottes de la dictature.

Cet schéma montre la crise de la domination politique, économique et militaire de l'impérialisme américain. Les menaces d'attaque nucléaire contre la Corée du Nord ont été suivies de pourparlers amicaux entre Trump et Kim Jong Un. L'option d'une agression militaire contre le Venezuela a été diluée par l'échec de la tentative de coup d'État du 30 avril où Trump et Guaidó comptaient sur la rupture du haut commandement militaire chaviste. Comme dans le cas de l'Iran, dans ces cas, le gouvernement Trump a utilisé la menace militaire du pays comme moyen de dissuasion pour obtenir des résultats. Toute tentative de l'impérialisme d'obtenir un avantage par le chantage militaire doit être répudiée, mais il est clair que jusqu'à présent Trump aboie mais ne mord pas.

Simón Rodríguez
Membre du Parti Socialisme et Liberté (PSL) du Venezuela, section de l’UIT-QI.

 

Buscanos en FacebookSeguinos en TwitterSuscribite a nuestro canal de YouTube

Buscar en el sitio

MUJER

La Rebelión de las mujeres

 

Kote kòb Petwokaribe a?

WhatsApp Image 2018-11-01 at 07.14.54

Libertad a Rodney Alvarez

Libertad para Rodney Alvarez

New publication

Why did Chavismo fail

Debate Rev. Permanente

debate-sobre-rev-permanente-y-nahuel-moreno

bandera-italiana bandera-inglesa bandera-francia bandera-arabe

 

Revista Internacional

Trump

New Correspondence

contra tapa CI ingles

Traductor/Translate

Sitio web de Nahuel Moreno