La crise mondiale de l'économie capitaliste et le coronavirus

FRANCES - NOTICIAS Y DOCUMENTOS
Modificar el tamaño de letra:

merlin 170244528 09369a82-f165-4149-b01a-d55ef43349ce-videoSixteenByNineJumbo1600Le lundi 9 mars, les marchés boursiers mondiaux se sont effondrés. Un nouveau "lundi noir" pour l'économie capitaliste mondiale. Wall Street a cessé ses activités pendant 15 minutes. Le prix du pétrole est tombé à 33 dollars le baril. En janvier, il était à 63 dollars. La baisse des prix est une mesure d'urgence que Wall Street a mis en place pendant la crise de 2008 pour tenter d'éviter les ventes de panique. Mais la panique entre les capitalistes, le capital financier et les multinationales est installée. Et ce n'est pas seulement à cause du coronavirus.

Wall Street a subi le pire crash depuis 2008. Tous les marchés boursiers du monde ont chuté. Au Mexique et au Brésil, les monnaies ont été dévaluées.

De nombreux économistes et analystes commerciaux tentent d'attribuer la nouvelle explosion et l'effondrement de l'économie capitaliste aux effets de l'épidémie de coronavirus. Les conséquences du coronavirus ont sans aucun doute une influence. Mais le coronavirus n'est pas la cause principale du nouveau krach économique mondial. Bien sûr, l'épidémie de coronavirus est très importante. Plus de 110.000 personnes sont déjà infectées dans le monde et une centaine de pays sont touchés.

Le coronavirus est venu aggraver la crise aiguë déjà existante de l'économie capitaliste mondiale. Le système capitaliste-impérialiste n'est toujours pas en mesure de surmonter la crise économique aiguë ouverte en 2007/8. Les données de la réalité le démontrent.

L'économie capitaliste mondiale avait déjà ralenti à un "taux de chute" proche de 2,5 % par an. Les États-Unis n'enregistrent qu'une croissance de 2% par an, l'Europe et le Japon de 1% seulement ; et les principales économies émergentes du Brésil, du Mexique, de la Turquie, de l'Argentine, de l'Afrique du Sud et de la Russie stagnent pour l'essentiel. Les énormes économies de l'Inde et de la Chine ont également connu un ralentissement important au cours de l'année dernière. Et maintenant, la quarantaine COVID-19 a poussé l'économie chinoise dans un abîme.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui représente les 36 économies les plus avancées du monde, avertit que l'impact de COVID-19 pourrait réduire de moitié la croissance économique mondiale cette année par rapport à ses prévisions précédentes. L'OCDE a réduit sa prévision centrale de croissance de 2,9 % à 2,4 %, mais prévient qu'une "épidémie de coronavirus plus longue et plus intense" pourrait réduire la croissance à 1,5 % d'ici 2020" (Michel Roberts, économiste britannique, dans Without Permission 7/3/2020).

Le coronavirus a ajouté "plus de combustible au feu" de la crise économique capitaliste. Le coronavirus est apparu en Chine (voir « Coronavirus et dictature » http://www.uit-ci.org/index.php/2018-03-15-13-39-31/nouvelles-et-documents/2473-chine--coronavirus-et-dictature"). La Chine est le premier exportateur mondial et la chute record de la production industrielle due à la fermeture d'entreprises a déjà un impact négatif sur l'ensemble du monde capitaliste. Elle dépasse déjà les cadres de la Chine. Tout ce qui est lié à l'industrie du tourisme, par exemple, est touché. La production et les prix du pétrole sont en baisse. La crise de l'économie capitaliste qui dure depuis 2007/08 va s'aggraver. Les multinationales s'inquiètent de leurs énormes pertes de profits en Chine et dans le monde. Les jeux spéculatifs des marchés boursiers et des prix du pétrole ne font qu'exprimer la quête de la sauvegarde de la richesse des milliardaires du monde. Le grand problème pour l'humanité est que l'impérialisme et ses gouvernements vont essayer d'approfondir leurs plans d'ajustement et de pillage de la classe ouvrière et du peuple.

L'apparition soudaine de l'épidémie de coronavirus est également une expression du déclin du capitalisme. La croissance de la pauvreté, la surpopulation, les changements environnementaux et l'effondrement des systèmes de santé publique dans le monde sont le terreau de l'émergence et du développement de maladies anciennes et nouvelles.

La crise capitaliste et la crise du coronavirus doivent être payées par les capitalistes

Pour aggraver les choses, l'épidémie de coronavirus ne s'arrête pas dans le monde entier, bien qu'on dise qu'en Chine les cas ont diminué. Au moment où nous écrivons ces lignes, il y a déjà plus de 110.000 personnes infectées dans le monde, 3.800 morts et plus de 100 pays touchés. L'Italie a déclaré le pays en quarantaine.

Le système capitaliste-impérialiste et ses gouvernements ne garantissent pas une réponse adéquate à cette crise humanitaire qui touche des millions de personnes (voir « Les coronavirus et la montée du zdengue - Capitalismo y crisis de la saludpública: Coronavirus y rebrotedel dengue » http://www.izquierdasocialista.org.ar/2020/index.php/blog/elsocialista/item/16485-capitalismo-y-crisis-de-la-salud-publica-coronavirus-y-rebrote-del-dengue). Ils prennent des mesures telles que la suspension d'événements sportifs ou artistiques de grande envergure. Ils encouragent la panique pour dissimuler une catastrophe majeure sans s'attaquer aux causes profondes.

Les peuples du monde entier doivent descendre dans la rue pour exiger de leurs gouvernements de véritables mesures face à l'urgence. Que ceux qui sont au sommet, les capitalistes, prennent en charge les coûts. Nous devons exiger que des fonds urgents soient débloqués pour augmenter considérablement les budgets de santé afin de faire face à l'urgence sanitaire. Des fonds pour, entre autres, étendre et améliorer les installations sanitaires, accorder des augmentations de salaire à tous les professionnels de la santé, procéder à de nouvelles embauches et donner des recours gratuits à tous. Que ces fonds proviennent d'impôts progressifs élevés sur les groupes d'entreprises, le capital financier et que les dettes étrangères ne soient pas payées. Pour un système de santé national unique, géré par l'État, avec des consultations gratuites, des traitements et des médicaments payés par l'État et administrés par les utilisateurs, les médecins, les travailleurs et les professionnels du secteur. Pour la nationalisation des laboratoires de spécialités médicales et qu'ils commencent à fonctionner sous le contrôle des travailleurs et des scientifiques de la santé et de la médecine.

Comme nous l'avons dit plus haut, l'impérialisme et ses multinationales voudront utiliser le coronavirus pour lancer de nouvelles tentatives d'exploiter davantage le peuple. On parle déjà de centaines de milliers de licenciements et de suspensions dans les entreprises. Ils chercheront à faire baisser les salaires avec de plus grandes dévaluations de la monnaie dans les semi-colonies et un plus grand pillage avec le mécanisme de la dette extérieure.

La crise capitaliste et le coronavirus ne doivent pas être payés par les travailleurs et le peuple. Pas de licenciements ni de suspensions. Non au paiement de la dette extérieure. De l'argent pour la santé et le travail. Laissez les entreprises et les personnes ci-dessus prendre en charge la crise.

Les rébellions au Chili, en France, au Liban, en Irak, en Palestine et d'autres protestations sociales, qui se développent dans le monde, montrent que la lutte contre les plans d'ajustement et pour la défense de la vie des gens continue.

Miguel Sorans

Membre de la direction d’IzquierdaSocialista (Argentine) et de l’Unité internationale des travailleuses et des travailleurs (UIT-QI)
9/3/2020

 

Buscanos en FacebookSeguinos en TwitterSuscribite a nuestro canal de YouTube

Buscar en el sitio

Crisis del coronavirus y capitalismo 2

Nahuel Moreno sobre palestina

MUJER

La Rebelión de las mujeres

 

Libertad a Rodney Alvarez

Libertad para Rodney Alvarez

New publication

Why did Chavismo fail

Debate Rev. Permanente

debate-sobre-rev-permanente-y-nahuel-moreno

bandera-italiana bandera-inglesa bandera-francia bandera-arabe

 

Revista Internacional

152f81916885efdb34176e666a396368 XL

New Correspondence

IC45ingles

Traductor/Translate

Sitio web de Nahuel Moreno