Que les capitalistes paient la crise du coronavirus ! Pas la classe ouvrière et le peuple !

FRANCES - NOTICIAS Y DOCUMENTOS
Modificar el tamaño de letra:

ff71a3d66b6fcd09d36753ef4455db72 XLAppel international

Le monde souffre d'une calamité. La pandémie de coronavirus se propage de manière incontrôlée. Il y a des centaines de milliers de personnes infectées et des milliers de morts. Ce qui se passe dans le monde est sans précédent. Les frontières sont fermées, des millions de personnes et de pays sont mis en quarantaine. La crise des systèmes de santé sous le capitalisme devient évidente. Il y a de forts éléments de chaos. La panique et l'incertitude grandissent chez des millions de personnes, non seulement à cause de la peur de la contagion, mais aussi parce qu'il existe une grande méfiance à l'égard des dirigeants, des gouvernements et des régimes capitalistes. Le Trump et le Bolsonaro, par exemple, continuent à minimiser le coronavirus.

Le coronavirus peut toucher tout le monde. Ceux qui souffrent le plus, et qui souffriront le plus des conséquences de la pandémie, ce sont les travailleurs, et travailleuses, les secteurs populaires, les exploités et les opprimés du monde. Nous souffrons de pertes de vies humaines, mais il y a aussi les conséquences sociales sur les l’ensemble des peuples. Le commerce mondial a été touché et la production va encore baisser. Les multinationales voudront faire payer son coût à la classe ouvrière et aux peuples du monde entier. En pleine crise du coronavirus, les capitalistes veulent sauver leurs profits et leurs richesses. Ils veulent réduire les salaires, licencier ou suspendre sans salaire. Ils ne se soucient pas de la santé et de la sécurité des travailleurs.

Le système capitaliste-impérialiste ne garantit pas une réponse adéquate à cette crise humanitaire qui touche des millions de personnes. Pour les socialistes révolutionnaires, la priorité est de contenir la propagation du coronavirus (Covid 19) et d'assurer la vie de millions de personnes. Pour cela, il est nécessaire de lutter par tous les moyens possibles, au milieu des quarantaines forcées, pour imposer des mesures d'urgence pour la défense des travailleurs et des secteurs populaires.

La crise sanitaire mondiale est la responsabilité du capitalisme

Cette calamité que nous vivons est la responsabilité du système capitaliste-impérialiste. Le capitalisme est un système injuste et irrationnel qui favorise les riches. Le terrain propice à la croissance des maladies est la misère croissante, la surpopulation, les changements environnementaux et les systèmes de santé basés sur le profit du capital privé.

Cet effondrement du capitalisme s'exprime non seulement par l'émergence d'une nouvelle et grave maladie comme le coronavirus, mais aussi par la persistance d'épidémies de choléra, d'Ebola, de tuberculose, la résurgence épidémique de la dengue et la réapparition de la rougeole.

Les causes doivent être recherchées dans les conditions de misère vécues par des milliards de personnes. Plus de 1,3 milliard de personnes sont dans une situation de "pauvreté multidimensionnelle", c'est-à-dire qu'elles ne parviennent pas à satisfaire des besoins tels que la santé, l'éducation, l'eau potable, l'électricité, le logement (données du Rapport sur la pauvreté dans le monde 2019 de l'ONU). D'autre part, 26 milliardaires (dont Bill Gates, Jeff Bezos, Warren Buffett, Mark Zuckeberg, Amancio Ortega ou Carlos Slim) possèdent la même somme d'argent que 3,8 milliards de personnes parmi les plus pauvres de la planète. On nous demande de nous laver les mains de la possibilité d'une contagion, mais 2100 millions de personnes dans le monde n'ont pas accès à l'eau potable.

La destruction de l'environnement par les capitalistes est également un facteur qui favorise l'apparition de nouvelles maladies infectieuses. Même l'ONU elle-même, en tant qu'agence impérialiste, a mis en garde contre cela. Les actions des multinationales contribuent à l'empoisonnement des eaux par les déchets industriels et les méga-mines à ciel ouvert. Les jungles et les forêts sont transformées en déserts et les espèces végétales et animales sont anéanties. C'est l'abîme vers lequel le capitalisme nous conduit. Le dilemme historique du socialisme ou barbarie n'est jamais ratifié comme aujourd'hui.

Avec le coronavirus, la faiblesse de la Chine capitaliste, par exemple, a également été révélée. La dictature du Parti communiste chinois (PCC) a censuré et réprimé le médecin qui a lancé la première alerte fin décembre 2019. Ce retard de plusieurs mois a facilité l'aggravation de l'épidémie en Chine et dans le monde.

Le désastre sanitaire dans les pays impérialistes et semi-coloniaux a été dévoilé. Les données en provenance d'Italie montrent la gravité de la pandémie et qu'en 10 ans, les différents gouvernements capitalistes ont fait éclater le système de santé publique, drainant 37 milliards d'euros du budget de la santé. Cela se répète partout dans le monde. Dans tous les pays, le système de santé publique de l'État s'est effondré avant le début de la pandémie. Le secteur privé des soins de santé a été favorisé. Aujourd'hui, nous en voyons les conséquences. La presse européenne rapporte, par exemple, qu'un test de dépistage des coronavirus dans l'État espagnol, dans des cliniques privées, coûte entre 300 et 800 euros. Aux États-Unis, il a été rapporté qu'il s'agit de 3 000 à 4 000 dollars dans un service privé. Un pays qui n'a presque pas de santé publique. Obama a mis en place un système très précaire que Trump a remis en question. Dans les pays semi-coloniaux, cette situation est aggravée.

Que les capitalistes paient la crise du coronavirus !

Étant donné la gravité de la pandémie, les gouvernements capitalistes ne garantissent pas une réponse adéquate pour l'arrêter et sauver des millions de vies. Les multinationales (Exxon Mobil, Facebook, Amazon, Wal Mart, Cargill, Bayer-Monsanto, Microsoft, Ford, Toyota, Nike, Alibaba ou Johnson & Johnson) et les grands groupes commerciaux et financiers (JP Morgan Chase, Bank ok America, Citigroup, HSBC ou Goldman Sachs) veulent économiser leurs profits sur la santé des masses. Les gouvernements capitalistes approuvent cette logique d'exploitation du système. Cette politique est parfaitement exprimée par le chef de l'impérialisme, Donald Trump, qui continue à minimiser la pandémie et a déclaré que l'économie passe avant la santé. Il continue à demander la poursuite de la production et d'éviter les quarantaines ou les mesures de sauvegarde de millions de personnes. La même chose est faite par des gouvernements ultra-réactionnaires comme le Brésilien Jair Bolsonaro. Boris Johnson, premier ministre du Royaume-Uni, qui a également nié l'importance de la pandémie, a été touchée par le virus.

Pendant ce temps, les États-Unis et l'Union européenne accordent des subventions d'État milliardaires pour sauver les banques, les multinationales et pour empêcher l'effondrement des États bourgeois, au lieu de déverser des fonds plus extraordinaires pour la santé, extraits des grandes fortunes des super-millionnaires du monde.

Avec cette même logique de faire passer les intérêts capitalistes avant la vie et la sécurité de la classe ouvrière et des secteurs populaires, les usines et les lieux de travail sont maintenus ouverts, et pas seulement ceux qui fournissent les produits de première nécessité. Il n'existe pas non plus de mesures de sécurité obligatoires pour les travailleurs qui doivent occuper des emplois essentiels. C'est ce mépris de la vie professionnelle - partagé par le gouvernement Conte en Italie, Sanchez-Iglesias dans l'État espagnol, et d'autres gouvernements - qui a provoqué une forte réaction sous la forme de grèves dans le nord de l'Italie qui ont finalement forcé l'arrêt de la production non essentielle. Avec des objectifs similaires, d'autres grèves partielles et manifestations comme les « cacerolazos », les « alconazos » ont lieu dans l'État espagnol, en France, au Brésil, en Colombie, au Chili ou en Argentine.

Le déclenchement de la crise du coronavirus, qui a paralysé l'activité économique, a été l’allumette qui a enflammé la poudrière de la crise déjà existante de stagnation et de recul de l'économie capitaliste ouverte en 2007. Le coronavirus n'est pas la cause de la crise économique capitaliste, mais il contribue à l'aggraver. Le FMI avait déjà dit qu'il y avait une stagnation mondiale, avant ce nouveau crash des marchés boursiers et des prix du pétrole. Tout indique qu'il y aura un avant et un après du coronavirus. En d'autres termes, lorsque le coronavirus sera terminé, il y aura une crise sociale très grave pour le mouvement de masse. Les multinationales, l'impérialisme et leurs gouvernements vont vouloir résoudre la crise avec de nouveaux plans d'ajustement, de pillage et d'exploitation des masses. L'OIT parle déjà de la possibilité de perdre 25 millions d'emplois. La crise du coronavirus et ses conséquences doivent être payées par les capitalistes, les super-riches et non par les peuples du monde.

Déjà au milieu de la tragédie du coronavirus, des entreprises ont commencé à licencier des travailleurs ou à des suspensions de travail non-rémunérées ou avec des baisses de salaires. Nous devons dès à présent nous mobiliser par la base, pour exiger des mesures à l’encontre de la pandémie et qui empêchent la perte des vies humaines, comme des mesures de défense de la classe ouvrière et des secteurs populaires et pauvres du monde.

De l'UIT-QI, nous appelons à lutter pour un plan d'urgence mondial pour les travailleurs et les populations :

Que des fonds urgents soient versés pour augmenter considérablement les budgets de santé afin de faire face à l'urgence sanitaire. Des fonds pour, entre autres, étendre et améliorer les installations sanitaires, accorder des augmentations de salaire à tous les professionnels de la santé, faire de nouvelles recrues, fournir des remèdes gratuits pour tous et mettre des fournitures sanitaires et de nettoyage à la disposition de tous.

Que les fonds pour l'urgence sanitaire proviennent d'impôts progressifs élevés sur les groupes d'entreprises, le capital financier et que les dettes extérieures ne sont pas payées.

Pour un système de santé national unique, géré par l'État, avec des consultations médicales, des traitements et des médicaments gratuits payés par l'État et administrés par les utilisateurs, les médecins, les travailleurs et les professionnels du secteur. Pour la nationalisation des soins de santé privés, des laboratoires de spécialités médicales et qu'ils commencent à fonctionner sous le contrôle des travailleurs et des scientifiques de la santé et de la médecine.

Formation dans tous les lieux de travail des comités d'hygiène et de santé, avec le pouvoir de mettre en œuvre la cessation des tâches dans toutes les activités non essentielles ou celles qui ne disposent pas des mesures de sécurité nécessaires. Contrôle des prix des médicaments et de tous les produits essentiels pour éviter la spéculation.

Réorganisation générale de la production en fonction des besoins de l'urgence sanitaire, sous le contrôle des travailleurs

Non à l'utilisation du coronavirus pour des mesures de militarisation ou pour restreindre les libertés et le droit de manifester. La défense sans restriction des libertés démocratiques.

Interdiction des licenciements et des suspensions. Répartition des heures de travail disponibles entre tous les travailleurs ayant le même salaire. Pas de réduction de salaire. Mise en place de prestations pour les chômeurs, les travailleurs indépendants et les millions de personnes qui travaillent sans contrat et sans droit du travail.

Afin de faire face à la crise actuelle du coronavirus et à ce qui viendra après la pandémie, nous appelons à la plus grande unité d'action des organisations ouvrières, populaires, de jeunesse, de femmes et environnementales, ainsi que de la gauche anticapitaliste et socialiste, pour coordonner un mouvement de lutte internationale pour le plan d'urgence ouvrier et populaire dans la perspective de la lutte en profondeur pour mettre fin à ce système capitaliste-impérialiste et imposer des gouvernements de la classe ouvrière et du peuple.

Unité internationale des travailleurs - Quatrième Internationale (UIT-QI)
28 mars 2020

* "L'environnement et la santé humaine sont étroitement liés ; nombre des nouvelles maladies infectieuses sont le résultat d'activités qui affectent la diversité biologique. Les modifications du paysage (par l'extraction et l'utilisation des ressources naturelles, par exemple) peuvent faciliter l'apparition de maladies chez les espèces sauvages, les animaux domestiques, les plantes et les hommes" ("Global Environment Outlook", rapport de 250 scientifiques commandé par les Nations unies et achevé début 2019.
www.uit-ci.org

 

Buscanos en FacebookSeguinos en TwitterSuscribite a nuestro canal de YouTube

Buscar en el sitio

Crisis del coronavirus y capitalismo 2

Nahuel Moreno sobre palestina

MUJER

La Rebelión de las mujeres

 

Libertad a Rodney Alvarez

Libertad para Rodney Alvarez

New publication

Why did Chavismo fail

Debate Rev. Permanente

debate-sobre-rev-permanente-y-nahuel-moreno

bandera-italiana bandera-inglesa bandera-francia bandera-arabe

 

Revista Internacional

152f81916885efdb34176e666a396368 XL

New Correspondence

IC45ingles

Traductor/Translate

Sitio web de Nahuel Moreno