Argentina: No al pedido de desafuero de los ferroviarios combativos!

NOTICIAS Y DOCUMENTOS - CRIMINALIZACION DE LA PROTESTA
Modificar el tamaño de letra:

Está en curso una campaña internacional en defensa de los ferroviarios. Llamamos a la más amplia unidad y solidaridad de sindicatos, organizaciones estudiantiles, vecinales, de derechos humanos, personalidades, legisladores y partidos políticos.

(English/German/French)

No a la criminalización de la protesta!

En Argentina, luego de la exitosa huelga general del 28 de agosto, el ministro de Transporte e Interior, Florencio Randazzo, presentó una denuncia penal y pidió el desafuero sindical (quitarle sus cargos legalmente) contra varios delegados ferroviarios del ramal Sarmiento.. Su intención es descabezar al Cuerpo de Delegados y el sindicato, encabezado por Rubén "Pollo" Sobrero, que lucha y defiende los derechos de los trabajadores y viene enfrentando las mentiras de la famosa "revolución ferroviaria" del gobierno.

Sin pruebas, se acusa a los delegados Mónica Schlottauer, Edgardo Reynoso, Luis Clutet y Rubén Maldonado, y al compañero Julio Capelinsky -del sector limpieza-, por un supuesto "atentado" contra los trenes. Nada más falso. El supuesto "atentado" consistiría en residuos de basura en un vagón, según fotos mostradas por el gobierno. Una tremenda ridiculez.

Es una acusación falsa con el objetivo de intimidar a los que luchan y a dirigentes que no se venden, intentando tapar que hubo un gran paro nacional.

Esta falsa acusación es parte de una política del gobierno nacional de criminalizar la protesta, como ocurre en otros países. De esa forma el gobierno, por ejemplo, avaló la condena a cadena perpetua de trabajadores petroleros de la localidad de Las Heras. La existe una campaña internacional por la absolución de los petroleros de Las Heras. En el país existen cerca de 6 mil luchadores procesados por diversas protestas. Hace un tiempo atrás el gobierno acusó al dirigente ferroviario "Pollo" Sobrero de quemar trenes con una causa judicial falsamente armada. Tuvieron que retroceder y sobreseerlo porque no había ninguna prueba. Ahora vuelven a hacer lo mismo.

Repudiamos esta actitud anti sindical del gobierno de Argentina contra delegados y dirigentes sindicales que luchan y no responden a sus dictados.

Está en curso una campaña internacional en defensa de los ferroviarios. Llamamos a la más amplia unidad y solidaridad de sindicatos, organizaciones estudiantiles, vecinales, de derechos humanos, personalidades, legisladores y partidos políticos.

¡No a la criminalización de la protesta! ¡No al desafuero de los delegados ferroviarios combativos de Argentina!

 

Enviar pronunciamientos contra el pedido de desafuero a monicaireinoso@gmail.com

O puede firmar el petitorio on line aquí


Argentinien: Keine Anträge auf Amtsenthebung für die kämpferischen Bahn-arbeiter!

 

Keine Kriminalisierung der Proteste!

 

Argentinen. Nach einem erfolgreichen Generalstreil am 28. August reichte der Verkehrs- und Innenminister Florencio Radazzo Strafanzeige ein und forderte die Amtsenthebung von verschiedenen gewählten Bahngewerkschaftern der Sarmiento Niederlassung. Er beabsichtigt dadurch, Betriebsrat und Gewerkschaft ihrer Anführer zu berauben, die von Ruben "Pollo" Sobrero angeführt wird,.

 

Sobrero verteidigt kämpferisch die Rechte der Arbeiter und hat die Lügen der Regierung bezüglich der berühmten „Bahnrevolution" aufgedecktt.

 

Ohne irgendwelche Beweise werden die Betriebsräte Monica Schlottauer, Edgardo Reynoso, Luis Clututt und Ruben Maldano gemeinsam mit ihrem Kollegen Julio Capelinsky vom Reinigungssektor wegen eines angeblichen „Angriffs" auf die Züge angeklagt. Das ist völlig absurd. Dieser angebliche Angriff beseteht nach den von der Regierung gezeigten Bildern aus herumliegendem Müll in einem Wagen- ein lächerlicher Vorwurf.

 

Diese falsche Beschuldigung soll all die, die kämpfen, und Gewerkschaftführer, die sich nicht kaufen lassen, einschüchtern und gleichzeitig verschleiern, dass es einen großen landesweiten Streik gegeben hat. Die falsche Anklage ist Teil der argentinischen Regierungspolitik, um den Protest zu kriminalisieren, so wie das auch in anderen Ländern passiert. Zum Beispiel hält die Regierung von Venezuela an lebenslangen Freiheitsstrafen für Ölarbeiter in Las Heras, Venezuela fest. Dort gibt es ungefähr 6000 kämpferische Akrivisten, die wegen verschiedener Proteste vor Gericht gestellt wurden.

 

„Pollo" Sobrero, der Anführer der argentinischen Eisenbahner, wurde schon vor einiger Zeit mit einer falschen Anklage vor Gericht gestellt.Es wurde behauptet, er habe Züge in Brand gesteckt. Das Gericht musste damals einen Rückzieher machen und ihn freisprechen – es gab keinerlei Beweise.

 

Dies ist nun ein weiterer Versuch die Kämpfe zu kriminalisieren.

 

Wir protestieren gegen diese gewerkschaftsfeindliche Haltung der argenienischen Regierung gegenüber aktiven Gewerkschaftern und Gewerkschaftsführern, die kämpferisch ihre Rechte verteidigen .

 

Dies ist eine internationale Kampagne zur Verteigung der Eisenbahnarbeiter Argentiniens. Wir rufen breiter Einheit und Solidarität von Gewerkschaftern, Nachbarschaftskomitees, Studentischen und Menschrechtsorgaisationen. Persönlichkeiten,Abgeordneten und poliltischen Parteien auf.

 

Keine Kriminalisierung von Protesten!

 

Keine Amtsenthebungen von gewählten kämpferischen Gewerkschaftvertretern bei der Bahn in Argentinien!

 

Schickt Proteste gegen den Antrag auf Amtsenthebung an:

 

monicaireinoso@gmail.com 


Argentina: No to the request for impeachment of the combative railway workers!
No to criminalization of protest!

In Argentina, after the successful general strike on 28 August, the Minister of Transport and Interior, Florencio Randazzo, filed a criminal complaint and requested the impeachment (to take away their positions legally) against several railway trade union delegates of the Sarmiento branch. His intention is decapitate the Body of Delegates and the union, led by Ruben "Pollo" ["Chicken"] Sobrero, who fights for and defends the rights of workers and who has been facing the government lies of the famous "railway revolution".
Without evidence, delegates Monica Schlottauer, Edgardo Reynoso, Luis Clutet and Ruben Maldonado and fellow worker Julio Capelinsky— from the cleaning- sector— are accused for an alleged "attack" against the trains. Nothing could be more false. The alleged "attack" would be waste litter in a car, according to pictures shown by the government. Tremendously ridiculous.
This is a false accusation in order to intimidate those who struggle and leaders who are not sold; trying to cover up that there was a large national strike.
This false charge is part of a national government policy to criminalize protest, as it is also the case in other countries. Thus the government, for example, upheld the life sentence of oil workers in the town of Las Heras. There is already an international campaign for the acquittal of the oil workers of Las Heras. In the country there are about 6000 fighters processed for several protests. Some time ago the government accused the railway leader "Pollo" Sobrero of burning trains with a falsely set up court case. They had to go back and acquit him because there was no proof. Now they do the same again.
We repudiate this anti-union attitude of the government of Argentina against trade union leaders and delegates who fight and do not respond to their dictates.
There is an ongoing international campaign in defence of the railway workers. We call for the broadest unity and solidarity of unions, neighbourhood, student and human rights organizations, personalities, legislators and political parties.
No criminalization of protest! No to the impeachment of militant railway delegates in Argentina!

Send statements against the request for impeachment to: monicaireinoso@gmail.com


Argentine: Non à la demande de levée d'immunité syndicale

Repoussons l'attaque menée par Randazzo contre les Délégués de Sarmiento !

Le ministre des Transports et candidat à la présidence, Florencio Randazzo, a entrepris une démarche pénale pour obtenir l'abolition de l'immunité des délégués du chemin de fer de Sarmiento, dirigés par « Pollo » Sobrero. Son intention est de décapiter les délégués qui se battent pour défendre les droits des travailleurs et faire face au mensonge de cette fameuse « révolution ferroviaire » du gouvernement.

À l'occasion du puissant arrêt de travail des cheminots de Sarmiento - dans le cadre de la grève appelée par la CGT-Moyano jeudi 28 août -, le ministre de transport Randazzo a montré son véritable visage d'ennemi des travailleurs : sans preuve aucune, il a accusé les délégués Mónica Schlottauer, Edgardo Reynoso, Luis Clutet et Rubén Maldonado, ainsi que Julio Capelinsky du secteur de la propreté, d'un supposé « attentat » contre les trains. Rien de plus faux ! Un « attentat » consistant en quelques résidus d'ordures trouvés dans un wagon, selon des photos produites par le gouvernement... Quelle accusation ridicule !

C'est précisément ces camarades qui se battent pour les chemins de fer, contre la politique de démantèlement « menemista » (NDT : du nom de l'ancien président argentin, Menem), politique maintenue par l'actuel gouvernement. Il est clair qu'il n'y a eu aucun attentat et aucune destruction, comme le « prouvent » les vidéos diffusés par le gouvernement-même.

Ce n'est là qu'une fausse accusation dans le but d'intimider ceux qui luttent et ces dirigeants qui ne se vendent pas, tout en essayant d'occulter l'événement de cette grande grève nationale. Les cheminots exigent un plan de lutte et la réouverture des négociations paritaires.

Souvenons-nous : quand Aníbal Fernández (ex-chef de cabinet de Christine Kirchner), a accusé - en pré-fabriquant un quelconque faux prétexte - « Pollo » de brûler des trains, le gouvernement a dû reculer et les tribunaux prononcer un non-lieu, puisqu'aucune preuve n'a été produite. Maintenant, ils essayent de recommencer... Nous ne le permettrons pas !

En réalité, les cheminots de Sarmiento ont totalement adhéré à la grève. C'est même la seule ligne ferroviaire à avoir tenu une grande assemblée générale, dans laquelle 800 travailleurs ont voté unanimement l'adhésion à la mobilisation nationale. Les délégués et les travailleurs ainsi attaqués sont ceux qui luttent pour un salaire digne et qui empêchent les licenciements de cheminots : le gouvernement ne leur « pardonne pas » leur dénonciation. D'ailleurs, s'ils avaient été écouté, on aurait pu éviter le massacre du Onze (NDT : accident ferroviaire intervenu en 2012 dans la station « Onze septembre », à Buenos Aires).

Le gouvernement ne leur pardonne pas d'avoir dénoncé la politique de démantèlement menée par le groupe Cirigliano-TBA, et la corruption de cet entrepreneur, ami du gouvernement, qui continue ses juteuses affaires grâce à l'argent du peuple. Ces camarades, sont des militants qui pratiquent la démocratie syndicale, contre les gangs de la bureaucratie traite.

Dans la ligne Sarmiento, on fait ce que décident les camarades et pas ce que dicte le gouvernement ou la direction. Ici, les délégués combattent pour « un syndicat au service des travailleurs et un chemin de fer au service du peuple », en luttant pour une véritable renationalisation du système ferroviaire sous le contrôle des travailleurs et des utilisateurs.

Les délégués des cheminots de Sarmiento sont des opposants à la liste Verte. Liste en effet agréée par le gouvernement et pilotée par l'assassin José Pedraza (« syndicaliste » du gang de l'Union Ferroviaire), actuellement emprisonné pour être responsable du meurtre de Mariano Ferreyra (dirigeant étudiant et militant de Politique Ouvrière, assassiné en 2010).

L'accusation selon laquelle il y a atteinte à la source de travail ne tient pas la route, mais bien au contraire : ce sont les cheminots qui défendent les chemins de fer alors que le gouvernement achète des trains qui ne marchent pas, et les laisse ensuite à l'abandon. Ce sont les cheminots et leurs familles qui utilisent le train, comme des millions de travailleurs et utilisateurs. Ceux qui le démantèlent, c'est le gouvernement (Jaime, Schiavi), ses amis entrepreneurs et tant d'autres corrompus encore en liberté.

Nous condamnons la réaction anti-syndicale du kirchnerisme et ses attaques contre les délégués qui n'obéissent pas à leurs dictats. Ainsi par exemple à Lear, où Pignanelli et la bureaucratie Verte du Smata (NDT : syndicat de travailleurs du transport) ont tout fait (avec le soutien du patronat yankee et du gouvernement) pour licencier les délégués, et ce, malgré les décisions de justice ordonnant leur réincorporation. Rappelons que le gouvernement a soutenu la condamnation à perpétuité -et sans preuves- des travailleurs pétroliers de « Las Heras », dont le seul crime est de s'être battu contre l'impôt sur le salaire.

Accuser des cheminots d'« attentat » fait partie d'une chasse aux sorcières qui se sert d'un discours digne de la Loi Antiterroriste pour persécuter et diaboliser ceux qui luttent. Il ne faut laisser passer aucune accusation inventée, et encore moins les tentatives de levée d'immunité syndicale. Ainsi qu'ils l'ont fait maintes fois, les cheminots s'apprêtent à répondre conséquemment à cette nouvelle attaque et, d'ores et déjà, ils réclament le retrait pur et simple de toutes les accusations dont sont actuellement victimes leurs délégués. Les cheminots vont défendre leurs dirigeants – à la tête desquels, « Pollo » Sobrero - parce qu'ensemble ils ont gagné d'énormes acquis, au cours de toutes ces années de lutte.

Ont déjà rejeté cette attaque Hugo Moyano de la CGT, des organisations d'étudiants (FUA, FUBA), et beaucoup d'autres. Une campagne nationale et internationale de défense des cheminots est actuellement en cours. Nous appelons à la plus large unité et à la solidarité des syndicats, des organisations d'étudiants, de quartiers, de droits de l'homme, de personnalités, de députés et de partis politiques. Opposons-nous, dans les assemblées et instances de déléguées, à la demande de levée d'immunité et de jugement pénal interposée par le ministre des transports à l'encontre des militants.

Non à la criminalisation de la protestation !

S'ils touchent à l'un d'entre nous, ils touchent à nous tous !

Le gouvernement et la justice des patrons n'ont pas à interférer dans les organisations syndicales !

Les dirigeants, ce sont les élus des travailleurs et pas ceux du gouvernement !

Non à la levée d'immunité des combatifs délégués de Sarmiento !

Envoyer les prises de positions contre la demande de levée d'immunité syndicale à :

monicaireinoso@gmail.com


 

 

Artículos relacionados

Revista Internacional

Correspondencia Internacional

Nahuel Moreno - Biographical Outline

Traductor/Translate

Buscar en el sitio